Éphésiens 2.19 : "Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu."


La Vie de Monseigneur Joseph Strebler



Il fut membre de la Société des Missions Africaines (SMA), ancien archevêque de Lomé et Fondateur de l’Institut des Sœurs de Notre Dame de l’Eglise le 15 août 1952.

Qui est-il ?

Joseph Strebler, fils de Michel Strebler et de Marie Wackenheim, vit le jour le 12 septembre 1892 à Mertzwiller, près d’Haguenau en Alsace (France). Il grandit au sein d’une famille nombreuse et profondément catholique.
Le 11 juin 1906, il entra comme aspirant à l’Ecole Apostolique de la Société des Missions Africaines de Chanty en Belgique, puis il passa à celle de Cadier en Keer (Hollande). Il commença à Lyon ses études théologiques malheureusement interrompues par la guerre. Le 29 novembre 1914, il fit le serment d’appartenir à la Société des Missions Africaines, et le 30 novembre 1014, il reçut le sous-diaconat.
Mobilisé comme infirmier, il servit à Haguenau et en Roumanie sur le front oriental. Avec le futur Père Vogel, il fonda et rédigea un bulletin de liaison pour les confrères mobilisés : « La voix des Frères » (Brüderstimmer). Démobilié, il retourna à Lyon pour terminer ses études théologiques. Il fut ordonné prêtre le 10 juillet 1921 par son Excellence Mgr Moury, Vicaire Apostolique de la Côte d’Ivoire.
Le 30 octobre 1921, il s’embarqua à Marseille pour l’Afrique. Ce fut le début de sa vie missionnaire qui devait durer 41 ans. Celle-ci connaîtra trois étapes :

- Missionnaire en Côte-d’Or (Ghana) : 1921-1937
- Préfet Apostolique de Sokodé, au Nord Togo : 1937-1945
- Vicaire Apostolique et Premier Archevêque de Lomé : 1945-1962.

Vicaire Apostolique et Premier Archevêque de Lomé

- Le 8 novembre 1945, Mgr Strebler était nommé Evêque Titulaire de Curubis et Vicaire Apostolique de Lomé, succédant ainsi à son Excellence Mgr Jean-Marie Cessou décédé le 3 mars 1945.
Le 29 juin 1946, il reçut l’ordination épiscopale des mains de Mgr Weber, Evêque de Strasbourg au sanctuaire marial de Marienthal où sa pieuse maman aimait se rendre en pèlerinage avec ses enfants.
- Revenu à Lomé, le 11 décembre 1946, il reçut un accueil triomphal et prit Possession du Vicariat Apostolique de Lomé.
La joie du retour céda le pas à un travail intense : la période d’après-guerre avait créé de profonds changements sociopolitiques en Afrique Noire et spécialement au Togo. Le nouvel Evêque devait connaître les époques historiques délicates : régime de tutelle, régime de l’autonomie de la République et surtout l’indépendance proclamée le 27 avril 1960. C’est avec beaucoup de délicatesse et de tact et en bon Pasteur que Monseigneur a su gérer ces diverses périodes : lui-même en témoigne, " Mes relations avec les instances politiques ont été généralement cordiales et amicales".

Son Œuvre :

Homme de communion, il établit, avec son Conseil, trois priorités apostoliques.

- La pastorale de la jeunesse par le développement des écoles, et la fondation d’un collège secondaire de garçons (Collège St Joseph le 12 septembre 1948) et un autre pour les jeunes filles (Collège N.D.A le 28 juin 1953).
- La pastorale de la famille chrétienne pour la formation de la jeune fille Togolaise à son futur rôle d’épouse et de mère.
- La pastorale des vocations sacerdotales et religieuses pour préparer l’avenir de l’Eglise qui sera dirigée par un clergé diocésain. C’est dans la même ligne de pensée qu’il jugea urgent de fonder une congrégation de religieuses de droit diocésain vouée à l’apostolat.
Ainsi, Mgr Joseph Strebler fonda-t-il la Congrégation des « Petites Servantes des Saints Cœurs de Jésus et de Marie ». C’était le 15 août 1952, à Noepé, près de Lomé, la capitale du Togo.
La Congrégation naissante reçut l’approbation de la Sacrée Congrégation de la Propagande, le 20 juillet 1952 par la lettre (Prot. N° 2509/52) conformément au Canon 492 N° 1 du Code du Droit Canonique.

Quel en était l’objectif visé ?


- La glorification de Dieu,
- La sanctification de ses membres par l’observance des vœux de pauvreté, Chasteté et obéissance.
- Le salut des âmes.
Pour parvenir à ce but, les Sœurs devaient se but, les Sœurs devaient se consacrer, par la prière de louange et d’adoration ainsi que par le témoignage de leur vie, au service de la promotion intégrale de la personne humaine et spécialement de la jeune fille et de la femme, à travers :

- L’éducation chrétienne de la jeunesse,
- Les œuvres paroissiales,
- Les œuvres hospitalières,
- Les œuvres sociales,
- Et toutes les œuvres qui, au jugement des Supérieurs sont aptes à Promouvoir le salut des âmes et la promotion de la famille.

Cette congrégation est devenue depuis le 22 août 1966, à l’avènement de Mgr Robert Casimir Dosseh-Anyron, nouvel Archevêque de Lomé, successeur de Mgr Joseph Strebler : « Institut des Sœurs de Notre Dame de l’Eglise » qu’il a restructuré dans l’esprit du Concile de Vatican II et animé du souffle du Grand Saint Augustin frappé dans la devise suivante : " Unitas Caritatis " (Unité de la charité ».
Mgr Joseph Strebler est à l’origine de plusieurs fondations : chapelles, églises, paroisses, écoles, collèges, dispensaires, hôpitaux, secrétariats sociaux, orphelinats et crèches. La fondation de la vie monastique au Togo est à l’actif de ce pasteur dynamique.
Homme de prière, athlète de la foi, Mgr Strebler était un passionné de Dieu et de l’Afrique. Grand érudit à l’esprit toujours en éveil, ayant toujours manifesté un grand intérêt pour l’histoire de la Société des Missions Africaines et des missions où il avait servi près de 41 ans (Ghana et Togo), il était profondément attaché à sa Société Missionnaire et à son Fondateur, Mgr Marion de Brésillac.
La vie missionnaire de Mgr Joseph Strebler connut une heureuse issue : Mgr Robert Casimir Dosseh-Anyron reçut l’ordination épiscopale du Cardinal Julius Dofferner assisté de son Excellence Mgr Bernadin Gantin et de Mgr Joseph Strebler qui venait de renoncer à sa charge pastorale. C’était le 10 juin 1962 à Lomé. Lendemain 11 juin 1962, Mgr Dosseh était intronisé comme 1er Archevêque togolais de Lomé.

Depuis juillet 1951, Mgr Strebler était chevalier de la Légion d’Honneur. En novembre 1957, Officier de l’Ordre de l’Etoile Noire du Bénin, et en mars 1964, Commandant de l’Ordre du Mono. Le 23 juin 1962, il quitta définitivement le Togo.
Il se rendit à Rome où il était nommé consulteur à la Congrégation de la Propagande de la Foi. Cette mission accomplie, il se retira à St Pierre en Alsace pour prêter main forte à l’Evêque de Strasbourg, soutenir au Togo la mission, les prêtres et la Congrégation des Sœurs de Notre Dame de l’Eglise.
En 1971, Mgr Strebler célébrait son jubilé d’Or sacerdotal qui coïncidait avec son jubilé d’argent épiscopal. Lors de la célébration de ce double événement il disait : " Me voici prêtre depuis 50 ans et je n’ai jamais regretté de l’être, j’ai connu la joie du semeur et du moissonneur… Aux missionnaires, je dirai volontiers qu’ils ont choisi la meilleur part ".
En 1981, le Seigneur lui accorda la grâce de célébrer son jubilé de diamant sacerdotal.
Le 12 septembre 1982, il rendit grâce à Dieu pour ses 90 ans de vie. Visiblement, il était pleinement heureux. Aussi a-t-il écrit : " Ma vie de missionnaire a été belle et passionnée, j’ai été heureux d’être un fils de Mgr Marion de Brésillac !"
Le reste de la vie missionnaire de Mgr Strebler fut une vie de prière, d’offrande de ses épreuves de santé, de ses souffrances pour l’Eglise et les missions. Les 2 derniers mois de sa longue vie se passaient sous le signe de la Croix et dans la soumission la plus totale à la volonté de Dieu. Dans la matinée de ce lundi 12 mars 1984, cet athlète de la foi totalement donné à Dieu, au Christ et à son Eglise, cet apôtre à la fois obéissant et audacieux, cet éminent et infatigable serviteur de l’Eglise s’endormit dans le Seigneur. Il était âgé de 92 ans.